Les ordinateurs trop lents font perdre 5 jours par an

See on Scoop.itMetiers Internet

Selon une étude publiée mercredi, les Français attendent en moyenne 11 minutes que leur ordinateur s’allume. Au total celà représente 120 heures en une année.

 

Francois Adoue‘s insight:

5 jours de 24 h par an , soit selon l’étude plus de 3 semaines par an ! Il va falloir que j’en parle au bureau ! Allo Patron ! quoi Allo !

See on lexpansion.lexpress.fr

Windows 8 donne le blue à Microsoft !

Alors que Windows 8, boudé par le grand public et totalement ignoré par les professionnels, connaît un départ difficile, la rumeur d’une nouvelle version de Windows se précise et « plusieurs sources » confirment que Microsoft travaille bien sur un successeur de Windows 8 au nom de code Windows Blue, avec une date de lancement prévue pour… mi-2013 !

Microsoft souhaiterait ainsi accélérer son cycle de développement et proposer un nouveau Windows par an, comme c’est le cas pour les systèmes d’exploitation pour mobiles et tablettes Apple et Android.

Mais que feront les entreprises avec des cycles de migration d’au moins trois ans et dont les projets de déploiement actuels portent sur Windows 7 ?…

A suivre…

Windows XP à la poubelle plutôt que prévu ?

On sait depuis quelques mois que Microsoft arrêtera le support étendu de son célèbre système d’exploitation, sorti au mois d’octobre 2001, le 8 avril 2014. Au-delà de cette date, l’O.S. sera définitivement considéré comme obsolète.

Mais Google vient d’annoncer que sa suite bureautique en ligne Google Apps ne sera plus supportée par Internet Explorer 8 à compter du 15 novembre 2012, situation handicapante pour tous les utilisateurs qui sont encore équipés de Windows XP car ils ne pourront pas migrer vers Internet Explorer 9 ou 10, seules versions du navigateur à bénéficier des dernières évolutions des logiciels en ligne de Google.

Adobe vient également d’annoncer que les prochaines versions de Photoshop ne seront compatibles qu’avec les versions de Windows 7 et supérieures.

Les deux éditeurs justifient leur décision par des fonctionnalités absentes de Windows XP et par le mauvais support de HTML5 par Internet Explorer 8.

Reste qu’en août 2012, XP représentait encore 42,52 % des versions de Windows installées, contre 42,76 % pour Windows 7.

Faire face à la grippe A

Nous y sommes, l’épidémie de grippe est là. De nombreuses entreprises et collectivités se sont mobilisées très tôt sur le dossier de la grippe A afin de faire le point sur les compétences clés nécessaires au maintien et au support des systèmes critiques.

Pour celles qui n’ont pas encore réfléchi à ce sujet, voici quelques pistes de réflexion pour les aider à passer au mieux les prochaines semaines.

Premièrement, commencer par faire l’inventaire des compétences névralgiques de l’entreprise et par identifier pour chaque service indispensable les salariés compétents et polyvalents susceptibles de venir remplacer les informaticiens initialement dévolus à ce service et susceptibles d’être touchés par la grippe A. Penser à former des remplaçants sur des fonctions critiques… Dans tous les cas, vérifier votre documentation technique afin qu’elle soit compréhensible par une personne issue d’un autre service, voire par un prestataire extérieur.

Deuxièmement, penser à donner la possibilité aux salariés de pouvoir continuer à travailler depuis leur domicile, via un PC connecté via Internet soit au système d’information de l’entreprise, soit à travers des applications collaboratives en ligne type Google Apps. Si certaines entreprises utilisent déjà régulièrement la télé-conférence, qu’en est-il de l’accès distant à ses e-mails et du partage d’information, notamment depuis chez soi ? Rappelons qu’en France, le télétravail ne concerne que 7% des salariés français. Je ne m’étendrai pas sur les mesures de sécurité à mettre en place ni sur la capacité de montée en charge des accès distants…

Troisièmement, si vous faites appel à des prestataires extérieurs, Il est tout aussi essentiel d’aller voir vos fournisseurs critiques afin de s’assurer qu’ils seront également en mesure de répondre présents durant la crise. Et dans le cas d’une réponse négative, trouver à quels nouveaux fournisseurs s’adresser ?

Enfin, prendre l’épisode « Grippe A » comme une opportunité pour réfléchir sur la modernisation des façons de travailler et sur l’usage des TIC dans votre structure.

DirectAccess, la killer app. de Windows 7

Windows 7, le nouveau système d’exploitation de Microsoft sera officiellement sur le marché demain. Avec Windows 7, Microsoft introduit une nouvelle technologie dénommée « DirectAccess« , qui risque de révolutionner la gestion des réseaux d’entreprise, et tout particulièrement l’accès sécurisé au réseau interne depuis l’extérieur.

Lorsqu’un utilisateur souhaite se relier à distance au réseau de son entreprise pour accéder à son PC et/ou à ses fichiers, il passe par un « Virtual Private Network » (VPN), solution lourde et contraignante, non seulement pour les usagers (lancement de la connexion VPN, authentification, vérification de la conformité…), mais également pour les administrateurs (infrastructure à superviser, sécurité,…).

Avec DirectAccess, à partir du moment où le poste dispose d’une connectivité à Internet, un premier tunnel IPsec en IPv6 (encapsulé ou non dans de l’IPv4) est établi avec les serveurs d’infrastructures de l’entreprise (Contrôleur de domaine, DNS). Ensuite, une fois que l’utilisateur s’est loggué sur son poste, un second tunnel est monté de manière automatique et transparente pour accéder aux ressources internes autorisées par la politique de sécurité de l’entreprise. Du coup, l’utilisateur accède à ses ressources (serveurs de fichiers, messagerie, applications métiers…) depuis Internet de la même manière comme s’il était physiquement dans son entreprise. A aucun moment, l’utilisateur n’entend parler de VPN. DirectAccess est entièrement transparent pour l’utilisateur final.

DirectAccess utilise des technologies propres à Windows 7 et ne peut donc être implémenté sur les précédentes versions de Windows. En outre, DirectAccess nécessite que l’entreprise mette en œuvre au moins un serveur Windows Server 2008 R2 pour gérer les connexions DirectAccess.

ntiConseil au salon “Solutions Linux Opensource”

Je me suis rendu le 31 mars dernier au salon « Solutions Linux Opensource », salon européen dédié à Linux et aux logiciels libres qui se tenait à Paris. Un tel salon permet d’avoir en une journée une vision globale de ce qui se fait de mieux dans le domaine et surtout de voir les tendances qui se dessinent ou se confirment pour l’année à venir.

Force est de constater que les tendances déjà pré-senties par ntiConseil, il y a près d’un an (voir article du 25 juin 2008), se confirment. Le marché de l’Open Source offre désormais des solutions précises au service de la productivité des entreprises et propose des services efficaces venant concurrencer le marché des progiciels.

Les secteurs qui montrent un dynamisme et une réelle montée en puissance :
– le décisionnel et l’intégration de données (Jaspersoft, Talend, SpagoBI, Palo,…)
– le travail collaboratif (Zimbra, Zarafa,…)
– les plateformes de gestion de contenu et de portails (CMS, ECM,…)
– les ERP
– la virtualisation.

Budgets serrés pour les DSI, tenus pourtant de lancer des projets innovants… on peut penser que les effets de la crise poussent les entreprises, toujours en quête de performance et d’efficacité, à s’approprier plus que jamais les solutions Open Source.

nticonseil_salon_linux

Tempête Klaus et ADSL…

De retour après une interruption d’accès haut débit pendant plus de 10 jours suite au passage de la tempête Klaus dans le Sud Ouest.

L’ADSL était peu répandu en 1999 donc pas de test grandeur réelle pour les opérateurs et je peux constater que les leçons de la tempête de 1999 sur d’autres types d’infrastructure n’ont pas été tirées. De plus, aucune communication des opérateurs sur les délais de rétablissement. J’ai même joint le service technique de mon opérateur (que je ne nommerai pas mais qui se fait fort de ne pas laisser ses clients sans connexion plus de 48h !), service vraisemblablement délocalisé dans un pays où l’on n’était même pas au courant qu’une tempête avait dévasté la moitié sud de la France… Le technicien a même tenté de me faire croire que mon modem ADSL était « grillé » !

Heureusement, de nature prudente, j’avais gardé un back up avec un vieux modem et un accès bas débit, qui m’a permis de continuer à travailler, en mode dégradé certes mais de travailler.

J’ai ainsi pu redécouvrir les joies de la connexion RTC bas débit et cela m’amène à plusieurs réflexions :
– je plains vraiment les utilisateurs des zones blanches, encore (trop) nombreux, notamment en milieu rural, car travailler correctement en bas débit est tout simplement impossible,
– je vais également revoir ma position sur l’utilisation d’outils uniquement en ligne, tellement pratiques lorsqu’on a accès au haut débit mais inutilisables en France en cas de forte intempéries ! et heureusement que ma téléphonie n’est pas (encore) gérée par un IP Centrex sinon je n’aurai plus eu de téléphone non plus…

En conclusion, il est important de nos jours, malgré les progrès quotidiens de la technologie, de réfléchir à la mise en place d’un Plan de Reprise et de Continuité d’Activité, et de prévoir des solutions dégradées, afin de ne pas mettre en péril son entreprise mais aussi ses clients. Peut-être est-ce cela finalement le développement durable ?